Sondage

Pour vous les les hommes en général sont principalement :

Des êtres humains comme nous... avec leurs faiblesses

Des compagnons qui partagent notre vie et sur qui on peut compter

Des protecteurs en toute circonstance

Des imbéciles qui ne comprennent jamais rien

Des rigolos encore un peu enfants qu'il faut supporter

Des adversaires contre qui il faut toujours se battre

Des personnes qui méprisent les femmes et leur font mal

Horoscope

Accueil > Quelle femme > Actions & associations > Contraintes et espoir. >

700

Internet et les femmes dans les pays en voie de développement.

Actions & associations


NÜdiversity

Contraintes et espoir.

La « Toile » reste à tisser pour les femmes. Internet est un facteur d’évolution non négligeable de la condition féminine et de l’économie des pays en voie de développement.


Les femmes ne représentent que 40% des internautes dans les pays en voie de développement, selon une étude américaine faite lors d’une conférence faite par Intel et ONU femmes à Washington. L'étude a été menée auprès de 2.200 femmes en Egypte, en Inde, au Mexique et en Ouganda, et se fonde également sur des données mondiales. 

Cette étude publiée appelle à doubler ce nombre en trois ans. (Source AFP)

Dans le monde, quelque 2,4 milliards de personnes ont accès à internet. Mais les inégalités sont considérables selon les régions du monde notamment dans les pays en voie de développement (Afrique subsaharienne, Asie) : le taux de pénétration est de 78% aux Etats-Unis, de 97% en Islande, mais de seulement 11%  en Inde et 13% en Ouganda.

Dans les pays en voie de développement, les femmes sont 23% moins nombreuses que les hommes à avoir accès au réseau, une différence qui atteint près de 45% en Afrique subsaharienne. 

 

Internet continue d'étendre sa toile dans le monde mais au détriment des femmes.

 

D’après l’étude Intel (géant des télécommunications américaines) nommée « Internet et les femmes »  et le concours de l’agence ONU femmes et le département d’Etat, dans les pays en voie de développement, les femmes ne bénéficient pas du même accès que les hommes : sur les 1,4 milliard d'internautes que comptent ces pays, seuls 600 millions sont des femmes. Cette conférence de deux jours à Washington sur le sujet, appelle à doubler en trois ans le nombre de femmes ayant accès à internet dans les pays en voie de développement.

 

"Mon espoir, c'est que ce rapport initiera des actions pour mettre un terme à l'inégalité entre les sexes sur internet", a déclaré Melanne Verveer, ambassadrice itinérante des Etats-Unis chargée des problèmes rencontrés par les femmes dans le monde.

 

Les obstacles des femmes au primo accès à Internet.

 

Les femmes interrogées dans l'étude ont évoqué le manque de familiarité avec les nouvelles technologiques ou le poids des contraintes sociales et culturelles  et le coût de l’accès à Internet. Plusieurs facteurs qui pèsent sur elles et sur leur condition de vie.

Autre obstacles : le soutien, l'approbation des proches ainsi que le niveau d'éducation sont également déterminants. Les femmes connectées ont trois fois plus de chances que les femmes non connectées d'être soutenues par leur famille dans leur démarche. À condition toutefois qu'elles en aient les capacités intellectuelles car dans l'ensemble des pays en développement, un quart des femmes sont illettrées, contre "seulement" 14 % des hommes.

L'étude montre également que les femmes sous-estiment encore trop souvent le potentiel d'Internet, ce qui les empêche d'en ressentir le manque. 

Mme Wittemyer  a confié que "Selon leur étude, le doublement du nombre de femmes ayant accès à internet en trois ans pourrait entraîner des gains de PIB de 13 à 18 milliards de dollars dans 144 pays".

En effet, le Web regorge d'outils, de ressources et d'opportunités dont les femmes non connectées sont privées. En être privé pénalise non seulement les femmes, mais aussi leur famille, leur communauté et leur pays, estiment les auteurs de l'étude.

"Dans de nombreuses régions, le fossé séparant les hommes et les femmes dans l'accès à Internet reflète, et amplifie même, les inégalités entre les sexes", ajoute Shelly Esque, présidente de la Fondation Intel.

Réduire de 40 % l'inégalité hommes-femmes  et  obtenir 1,2 milliard de femmes connectées favoriserait et optimiserait la potentialités des marchés TIC des pays de 50 à 70 milliards de dollars pour les ventes de plateformes informatiques et de bases de données, et augmenterait les différents marchés économiques de ces pays. Ce seraient alors 3 milliards de personnes qui pourraient  voir leurs conditions de vie améliorées.

 

Les actions à mener pour augmenter l’accès et la familiarisation à Internet pour les femmes :

- Créer des plateformes d'accès meilleur marché.

- Volonté de mettre en place des politiques publiques dédiées aux femmes et TIC

- Optimiser les collaborations entre États, agence de développement et ONG

- Former les femmes aux NTIC (nouvelles technologies) peu importe les revenus

- Développer des contenus spécifiques aux femmes et pour les femmes 

LIRE L’ÉTUDE INTEL  ICI 

 

L’accès à Internet pour les femmes devient donc un espoir et une source certaine de développement économique et social dans les pays en voie de développement.

Plus d'infos
20/02/2013 - 15:08 par Leslie Carombo

Voir les commentaires (0) - Ajouter un commentaire

Aucun commentaire pour l'instant, soyez le premier à donner un avis

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire.


Dans la même catégorie


Contraintes et espoir.

NÜDiversity - 2019