Sondage

Pour vous les les hommes en général sont principalement :

Des êtres humains comme nous... avec leurs faiblesses

Des compagnons qui partagent notre vie et sur qui on peut compter

Des protecteurs en toute circonstance

Des imbéciles qui ne comprennent jamais rien

Des rigolos encore un peu enfants qu'il faut supporter

Des adversaires contre qui il faut toujours se battre

Des personnes qui méprisent les femmes et leur font mal

Horoscope

Accueil > Les débats > Conditions de femmes > Femmes racisées et émancipation. >

639

Féminisme, diversité, égalité.

Conditions de femmes


NÜDiversity

Femmes racisées et émancipation.

Les femmes racisées sont-elles actrices des débats sur la diversité ou le sexisme ? Les combats sont-ils au même niveau que nos consoeurs occidentales ou loin d'être concrétiser ?


Lorsque la femme occidentale se bat pour approfondir les débats sur l'égalité face aux hommes, au travail et au sein de la famille, les femmes issue des minorités visibles sont toujours à chercher de la reconnaissance ou le droit de participer à tous ces débats sur le droit des femmes dans le monde économique ou dans la société en général.

Est ce que les différents débats sur l'égalité sont voués à l'échec chez la femme racisée ? Et pourquoi le sont-ils ?

RACISÉE, MINORITÉS VISIBLES, DE COULEURS, DIVERSITÉ... des termes que nous connaissons bien. Qui ne nous plaisent pas vraiment puisqu'ils sont une sorte de stigmatisation sous couvert de donner un nom à notre principale différence: notre origine, notre couleur de peau.

Tous ces termes participent à la confusion des genres, même dans des débats sur l'égalité homme-femme. Le sexisme, les inégalités salariales ou sociétales doivent parler de la mixité dans sa gobalité et non juste dans sa théorie du genre. Au sein même des réseaux féminins, il y a une discrimination qui se cache derrière la théorie unilatérale du genre.

Mesdames, arrêtons de parler de mixité quand la mixité n'existe pas ou du moins si peu au sein même de nos réseaux féminins. Balayons devant notre porte avant de parler de mixité dans le monde du travail, de l'entrepreunariat ou dans la société en générale.

L'émancipation de la femme - peu importe sa couleur, ses origines et même sa religion - ne doit en aucun cas déroger à un combat qui est pour toutes les femmes. La non mixité au sein même de réseaux féminins a pour conséquence la confusion, le désordre social, les ressentiments ou l'exclusion et sert tous ceux qui ne veulent pas l'avancement des femmes.

Certains actes méritent plus de concret. La société est en pleine mutation pour les femmes en France et dans le Monde, peu importe leurs origines, leurs couleurs, leur niveau social, leur religion ou leur culture.

Comment parler d'intégration alors que dans les faits on ne la perçoit pas ? Comment remédier à ce genre de stigmates de la société ? C'est une réflexion et un combat de tous les jours pour toutes les femmes mais encore plus pour les femmes racisées qui sont françaises mais sont toujours reléguées à leur stricte différence: la couleur de leur peau et leurs origines familiales.

Pour une société égale, plus juste et surtout plus solide et durable où le rassemblement, l'unité, le respect est bilatéral, il faudra qu'au sein même des femmes, il y ait cette mixité. C'est la femme, la journaliste, l'entrepreuneure que je suis qui le dit.

Lorsque les Occidentales ont acquis des droits, de haute lutte, la femme non caucasienne n'en est même pas à demander une égalité stricto sensu. On sait que nos consoeurs caucasiennes se battent toujours car leurs droits ne sont pas tout à fait des acquis. Ils restent fragiles et susceptibles constamment d'être remis en cause. Alors que dire des femmes racisées ? Elles ne font même pas partie (ou si peu) des intervenantes militantes et battantes sur ces sujets de société... (féminisme, émancipation, égalité, droits, famille, travail, entrepreneuriat, etc.).

Serions-nous trop attentistes ou trop dociles ? Je ne pense pas. Simplement inexistantes de nos propres consoeurs féminines caucasiennes, c'est tout. Nous faisons des choses entre communautés de femmes et c'est un tort, pour nous comme pour les jeunes filles. Malheureusement, la configuration actuelle du monde édulcore les débats pour les noyer dans un enrayement social et politique, encore plus flagrant et désespérant pour les femmes de la diversité que pour les femmes caucsiennes.

Le mouvement féministe serait-il aveugle aux discriminations de femmes non caucasiennes ? Un peu quand même.

Nüdiversity se bat et oeuvre pour une réflexion plus gobale de la mixité, notamment sur la diversité culturelle dans le féminisme.

Une réflexion qui amène sans doute à un autre sujet tout aussi tabou: Y a t'il concurrence  ou surenchère entre discriminées ? Être femme, de couleurs, habitant la banlieue, rajoute t'il à la discrimination ou le débat est-il déplacé ? Devrait-on faire des tables rondes et concurrencer les discriminées ? Arrêtons de jouer les hyper-victimes ! Même si on ne peut nier l'existence de ces débats.

Pour faire avancer les choses, il conviendrait de parler de revendications multiples mais aussi d'émancipation identitaire. Et ne nous arrêtons pas qu'à la simple revendication égalitaire de genre homme-femme, un peu simpliste à mon goût.

Le vrai combat est d'unir les forces pour lutter contre l'ennemi de l'universalité du genre et combattre le sexisme dans tous les domaines.

 

Pour approfondir vos réflexions:

Genre, post-colonialisme et diversité des mouvements de femmes de Christine Verschuur édition l'Harmattan 43€


14/08/2011 - 19:11 par Leslie Carombo

Voir les commentaires (0) - Ajouter un commentaire

Aucun commentaire pour l'instant, soyez le premier à donner un avis

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire.


Articles liés

Dans la même catégorie


Femmes racisées et émancipation.

NÜDiversity - 2018