Sondage

Pour vous les les hommes en général sont principalement :

Des êtres humains comme nous... avec leurs faiblesses

Des compagnons qui partagent notre vie et sur qui on peut compter

Des protecteurs en toute circonstance

Des imbéciles qui ne comprennent jamais rien

Des rigolos encore un peu enfants qu'il faut supporter

Des adversaires contre qui il faut toujours se battre

Des personnes qui méprisent les femmes et leur font mal

Horoscope

Accueil > Les débats > Conditions de femmes > Les femmes victimes de violence. >

656

Violences conjugales.

Conditions de femmes


Nüdiversity

Les femmes victimes de violence.

Des abus, des privations, des coups infligés qui portent atteinte à la liberté des femmes, à leur santé ou à leur vie. Comment éradiquer la subordination et la suprématie masculine en couple ou en famille et la violence faite aux femmes ?


Les violences conjugales ne concernent pas seulement, les femmes étrangères. Les occidentales les subissent tout autant, peu importe leur statut social. Mais les femmes de la diversité, notamment sans titre de séjour ou avec un titre précaire ont une situation qui s'aggrave par :

 - La précarité juridique, propice à différentes intimidations du conjoint : chantage, abus, violences, tant physiques que psychologiques. 

 - La crainte de s'adresser aux autorités policières et judiciaires (difficulté à porter plainte). 

- Les difficultés économiques (manque de ressources propres, d'emploi, de logement indépendant), et le peu de place disponible dans les lieux d'hébergement des femmes victimes de violences. 

- L'exclusion ou l'isolement, notamment en cas de méconnaissance de la langue du pays d'accueil. L'oppression familiale rend également difficile pour elles de s'affranchir ou de parler de ces violences. 

- La peur d'être renvoyée « au pays » ou à l'y maintenir de force (papiers volés ou détruits, pas d'argent pour revenir). Sans compter la pression qui peut être faite par rapport aux enfants. Cela se passe notamment si une femme se révolte et revendique son autonomie. 

- Certaines contraintes sociales perpétuées par leur milieu (nécessité de l'obéissance des femmes), en relation parfois avec la marginalisation de ce milieu dans la société qui pousse à renforcer ces contraintes.

- Les préjugés culturels, notamment en Occident, qui perçoivent comme une « coutume » ces violences ou ces contraintes. 

- La situation des épouses de polygames.

Vue des minorités.

 Les femmes issues des minorités ethniques ont une conception différente de la violence. Elles sont méfiantes à l'égard d'une intervention externe, qu'elle soit d'ordre juridique, policière, sociale ou de santé. Elles le perçoivent certaines fois comme une ingérence dans la vie de couple ou familiale.

 Les obstacles sont souvent dus à des pressions directes ou indirectes, d'origine sociale ou individuelle. Ces pressions émanent de la communauté, de la famille, d'un sentiment de culpabilité, de la peur de représailles et de la crainte que les procédures judiciaires aient des effets négatifs sur la vie du couple ou de famille.

Par contre, les femmes de la diversité, nées en Occident, n'ont pas les mêmes complexes face à la violence conjugale et sont moins indulgentes. Les nouvelles arrivantes méconnaissent les lois, les mécanismes d'aide en place et, en général, le rôle de l'État et de la société civile du pays d'accueil. Elles ignorent surtout leurs droits et comprennent mal les conséquences d'un appel au service d'urgence. Celui-ci pouvant susciter des procédures judiciaires contre leur conjoint.

 Peu importe l'ethnicité, la majorité des femmes agressées ou battues, ne le déclarent pas. Elles s´enferment dans un mutisme fataliste.

 Beaucoup de femmes issues des minorités subissent, encore trop souvent, le poids de traditions archaïques qui donnent au mari le droit de vie ou de mort sur la femme. Les fléaux sociaux de la pauvreté, l'analphabétisation, les conditions de vie précaires sont autant d'entraves à l'autonomisation de la femme.

Les chiffres de violence conjugale à travers le Monde.

 Algérie : Les services de sécurité ont enregistré 15 000 cas de janvier 2004 à février 2006. 400 sévices sexuels et 16 femmes ont trouvé la mort suite à leurs blessures.

Iran : En Iran, on estime à 66 % le nombre de femmes mariées victimes de violences conjugales. 5% meurent, 8% subissent des violences physiques graves et 7% des restrictions en terme d'éducation ou carrière. 2% connaissent des violences sexuelles, 52% des violences psychologiques. 

États-Unis (1995) -Violence dans le couple : 23% couples noirs américains, 12% couple américains, 17% hispaniques.

Monde : 70 % des femmes assassinées, le sont par leur partenaire masculin (OMS)

- Dans une étude sur la violence domestique menée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans dix pays, 15 à 71% des femmes rapportaient avoir subi des violences physiques ou sexuelles du fait de leur conjoint ou partenaire.

- Les femmes du Japon sont les moins nombreuses à avoir été victimes d'une telle violence, soit 15 %.

- Parmi les femmes âgées de 15 à 44 ans, les actes de violence provoquent plus de décès et de handicaps que le cancer, le paludisme, les accidents de voiture et la guerre, combinés.

- En 2006, les femmes et les filles comptaient pour 79 % des victimes de la traite des êtres humains.

- Au plan mondial, plus de 60 millions de filles sont forcées d'accepter un mariage précoce (avant l'âge de 18 ans). 

- On estime que 100 à 140 millions de femmes et de filles dans le monde vivent en ce moment avec les conséquences des mutilations génitales féminines, et 3 millions de filles environ courent ce risque chaque année.

 Ces femmes peuvent être une sœur, une mère, une amie. Évitons l'indifférence.

Battons nous contre toute sorte de violence conjugale : pays en guerre, précarité, analphabétisation, etc. Personne ne devrait subir ou vivre la violence, peu importe sa situation conjugale, sociale, géographique, économique ou politique.

 Pour ne pas ou ne plus être victime.

02/03/2011 - 10:28 par Leslie Carombo

Voir les commentaires (0) - Ajouter un commentaire

Aucun commentaire pour l'instant, soyez le premier à donner un avis

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire.


Dans la même catégorie


Les femmes victimes de violence.

NÜDiversity - 2017