Sondage

Pour vous les les hommes en général sont principalement :

Des êtres humains comme nous... avec leurs faiblesses

Des compagnons qui partagent notre vie et sur qui on peut compter

Des protecteurs en toute circonstance

Des imbéciles qui ne comprennent jamais rien

Des rigolos encore un peu enfants qu'il faut supporter

Des adversaires contre qui il faut toujours se battre

Des personnes qui méprisent les femmes et leur font mal

Horoscope

Accueil > Les débats > Conditions de femmes > Femme de la diversité et maternité tardive ne font pas bon ménage ! >

569

Être mère à 40 ans : question de culture ?

Conditions de femmes


Nüdiversity

Femme de la diversité et maternité tardive ne font pas bon ménage !

Être issue des minorités visibles et vouloir d’une maternité tardive n’est pas bien perçu. Comment transcender le poids des traditions et de la culture ?


On reconnaît que ce n’est pas biologiquement le meilleur moment pour avoir un bébé car la fertilité commence à être en berne. On connaît également les difficultés médicales que peuvent engendrer les grossesses tardives.  Bien sûr, on n’oublie pas les préjugés  culturels quant on est maghrébine, afro-caribéenne, indienne ou asiatique de ne pas avoir d’enfant avant la barre fatidique des 30 ans. Comme si c’était l’âge butoir pour procréer !

Qui a dit que l’âge idéal était de 25 ans pour avoir un bébé ? Pourquoi chez les minorités dite visibles, l’épée de Damoclès plane systématiquement au dessus des têtes dès qu’on passe la barre des 22 ans ?

Ni trop femme-enfant, ni célibattante endurcie, ni trop carriériste, ni trop vieille rabougrie ! La femme qui assume faire un bébé à 40 ans peut passer par toutes ces phases avant de décider de donner la vie. Hélas, faire un enfant à 40 ans c’est encore bien souvent être vilipendée par la société. D’autant plus quand vous êtes une femme dite de la diversité. Pour autant, beaucoup de femmes aujourd’hui ne diraient pas non à une grossesse tardive, qu’elles soient occidentales ou issues des minorités visibles.

Et si faire un enfant n’était pas une fin en soi ?

Se sentir femme avant mère, ne plus trouver en la maternité le graal ultime, ne pas être cataloguée d’égoïste narcissique, ni être perçue comme « l’adulescente » en mal de confiance en soi pour transmettre. Ou se faire passer systématiquement pour la  névrosée de service, allergique à la maternité et l’éducation des enfants. Telle est le lot quotidien des femmes qui désirent un enfant tard ; et peu importe leurs origines.

Aujourd’hui la femme occidentale assume plus facilement que les femmes étrangères ce non désir d’enfant : la grossesse et la déformation du corps, le poids des responsabilités, l’accentuation du stress pour une femme en mal de reconnaissance ou d’amour,  la rébellion contre les traditions culturelles ou familiales, l’envie de liberté de vie et le choix d’être libre de choisir…

Ces revendications ainsi que la levée de certains tabous, permettent aux femmes, même de la diversité, d’assumer une maternité tardive aujourd’hui.

Certains détracteurs diront que c’est de l’égoïsme, de l’inconscience voire même de la folie. Mais est-on folle quand on souhaite le meilleur pour son enfant ? L’accueillir dans de bonnes conditions (finance, logement), se sentir prête à assumer son rôle de mère, est-ce si déraisonnable ? De plus, trouver l’homme idéal pour faire ce bébé n’est pas chose aisée de nos jours !

Toutes ces femmes que l’on voit épanouies d’avoir choisi de faire un bébé à 40 ans n’ont rien à envier à celles qui les font jeunes.  Elles ont levé des tabous et tourner le dos à la culpabilité.

Certaines femmes de la diversité assument et font fi des traditions qu’elles trouvent envahissantes dans leur vie de femme. Et c’est en çà qu’on reconnaît leur courage et qu’on apprécie leur choix. Aujourd’hui la femme, peu importe ses origines, a le choix d’être mère ou pas et surtout d’assumer quand le devenir. Certaines diront qu’elles sont certes originellement étrangères mais si intrinsèquement occidentales et naturellement revendicatrices de liberté.

 

29/05/2012 - 12:26 par Lili.Iscaye

Voir les commentaires (0) - Ajouter un commentaire

Aucun commentaire pour l'instant, soyez le premier à donner un avis

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire.


Articles liés

Dans la même catégorie


Femme de la diversité et maternité tardive ne font pas bon ménage !

NÜDiversity - 2017