Sondage

Pour vous les les hommes en général sont principalement :

Des êtres humains comme nous... avec leurs faiblesses

Des compagnons qui partagent notre vie et sur qui on peut compter

Des protecteurs en toute circonstance

Des imbéciles qui ne comprennent jamais rien

Des rigolos encore un peu enfants qu'il faut supporter

Des adversaires contre qui il faut toujours se battre

Des personnes qui méprisent les femmes et leur font mal

Horoscope

Accueil > Quelle femme > Faits de société > L’enlèvement de la terreur >

520

Nigéria : Boko Haram et la guerre des nerfs

Faits de société


Nigéria - Manifestation contre l'enlèvement de Chibok

L’enlèvement de la terreur

Incroyable histoire sur l’enlèvement de la secte islamiste et l’impuissance du gouvernement nigérian à trouver les jeunes lycéennes. L’horreur et la folie de la radicalisation religieuse en vidéo


Lundi, le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, avait revendiqué le kidnapping de 276 lycéennes depuis la mi-avril, dans un lycée de Chibok, également dans l’État de Borno, région d’origine de l’insurrection qui a fait des milliers de morts depuis son déclenchement en 2009. Le chef de Boko Haram déclare sur une vidéo vouloir vendre les 200 lycéennes agrées de 12 à 17 ans « je vais vendre vos filles sur le marché, au nom d’Allah ». Dans cette déclaration, il annonce garder certaines d’entre elles pour les marier et vendre les autres comme esclaves et  scande la justification de son acte sous prétexte que « l’éducation occidentale est un péché… les filles doivent quitter l’école et être mariées ».

L’objectif de Boko Haram est de faire appliquer la charia dans tout le Nigéria en faisant des enlèvements, des attentats à la bombe, des attentats suicide visant les USA, les églises, l’état fédéral du Nigéria, l’école…

Depuis l’attaque, les familles ont critiqué l’action de l’armée, qu’elles accusent d’avoir négligé l’affaire depuis le départ et malgré les manifestations qui prennent de l’ampleur dans le pays et à l’International, huit nouvelles jeunes filles ont été enlevées dans le nord du Nigéria, pays le plus riche d’Afrique. Ces manifestations qui ont eu lieu à Abuja, à Lagos, mais aussi à Londres et New-York où la communauté nigériane est descendue dans la rue, le hashtag  #BringBackOurGirls qui inonde les réseaux sociaux auront-ils l’effet escompté : libérer ces jeunes filles.

 

Les femmes sont toujours prises en otage et servent d’arme de guerre et de guerre des nerfs insidieuse sous l’égide de revendications politico-religieuses. La médiatisation de ces groupes sectaires et de leurs actions en vidéo dessert l’Islam. Comment ne pas être interpellé(e) par tant de folie et de cruauté ? Que fait la communauté internationale, que fait la gouvernance du pays mis à part demander du secours aux occidentaux sans action efficace dans la région nord du Nigéria ?

 

Quel sera l’avenir des femmes au Nigéria et particulièrement dans la région nord avec la montée en puissance de Boko Haram?

Trop souvent l’Occident aime les richesses des pays d’Afrique et refusent de gérer la sécurité ou la justice sous prétexte de non ingérence.

L’ingérence s’arrêterait t’elle uniquement aux pieds des richesses des pays du continent africain ?

07/05/2014 - 20:39 par Lili ISCAYE

Voir les commentaires (0) - Ajouter un commentaire

Aucun commentaire pour l'instant, soyez le premier à donner un avis

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire.


Articles liés

Dans la même catégorie


L’enlèvement de la terreur

NÜDiversity - 2019