Sondage

Pour vous les les hommes en général sont principalement :

Des êtres humains comme nous... avec leurs faiblesses

Des compagnons qui partagent notre vie et sur qui on peut compter

Des protecteurs en toute circonstance

Des imbéciles qui ne comprennent jamais rien

Des rigolos encore un peu enfants qu'il faut supporter

Des adversaires contre qui il faut toujours se battre

Des personnes qui méprisent les femmes et leur font mal

Horoscope

Accueil > La forme au top > L'expert santé > Les vrais-faux de la pilule anti-sida. >

679

Truvada : l'eldorado anti VIH ?

L'expert santé


AFP

Les vrais-faux de la pilule anti-sida.

Les questions à se poser sur le traitement et les espoirs qu’il suscite en terme de prévention. Le risque de contamination zéro est-il aux portes de la pandémie ?


Le Truvada est un nouveau médicament ? FAUX. Il existe depuis 2006. Il fait partie d’une combinaison de 2 antiviraux. Sa prescription était donnée jusqu’alors pour des personnes infectées par le VIH ou  après une exposition à risques dans un cadre professionnel ou non-professionnel. Depuis 2007 un vaste essai clinique (2007 à 2009 dans 6 pays), a permis de voir si ce traitement peut être aussi utilisé à usage préventif.

En France, une étude préventive du Truvada (Ipergay) est mise en place jusqu’en 2015.

 

Ce traitement peut-il remplacé les autres méthodes de prévention existantes ? FAUX. Actuellement il n’existe pour traiter les patients atteints de VIH que la trithérapie. Le Truvada ne doit pas être utilisé pour se substituer aux autres méthodes de prévention existantes, dont le préservatif. Les améliorations attendues  sur l’utilisation préventive du Truvada concernent notamment la tolérance et la diminution des complications métaboliques (diabète, cholestérol ou autres maladies pouvant entraîner une mortalité cardiovasculaire) liées à la prise de ce traitement.

 

Ce médicament peut-il permettre de rester séro-négatif ? FAUX. Ce traitement n’a pas encore fait toutes ses preuves en terme préventif. Il reste encore à l’étude dans certains pays dont la France jusqu’en 2015 sur certains types de populations. Il n’exclut absolument pas les méthodes prévention déjà existantes comme le préservatif.

Doit-on continuer  d’utiliser le préservatif quand on utilise le Truvada ? VRAI. Le préservatif reste l’élément primordial pour éviter une contamination chez les populations homosexuelles aussi bien que chez les hétérosexuels.

 

Sous traitement au Truvada il est possible d’enlever son préservatif ? FAUX. Le traitement au Truvada est un antiviral sur du long terme et à usage quotidien, sans oubli pour qu’il soit réellement efficace. Il ne va pas sur tous les types de population.

 

Il est recommandé pour les comportements à risque ? FAUX et VRAI. Actuellement le Truvada combiné à un autre anti-viral est à usage curatif dans le processus de trithérapie des porteurs du VIH, il est plébiscité aujourd’hui à usage préventif pour certains groupes à risques, comme les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, ou les couples séro-différents dont l'un des partenaires est séropositif.

 

Ce médicament permet de se protéger efficacement de comportements à risque ? FAUX. L'épidémie continue de progresser et pour chaque patient traité, on compte deux personnes infectées. L'objectif, c'est trouver un moyen de casser cette dynamique. La prévention, les préservatifs, ça ne suffit pas. Il faut faire mieux, et plus. La possibilité d'avoir le Truvada en plus du préservatif est une piste intéressante. D'autant que grâce à l'étude des Américains, on sait aujourd'hui que le Truvada réduit effectivement la transmission dans certains groupes à risques mais pas tous les groupes à risques. Une étude clinique a démontré que la prise du Truvada a réduit de 44% le risque d'infection chez les hommes homosexuels qui utilisaient aussi des préservatifs. Une autre étude clinique a montré que le Truvada a diminué le risque d'infection jusqu'à 75 % chez les couples hétérosexuels dont l'un des deux partenaires était séropositif.

 

Pourtant, il va falloir se poser la question des situations et des groupes prioritaires, dans une démarche de santé publique.

 

Le corps humain peut-il devenir résistant au traitement comme pour certains antibiotiques ? VRAI. Les experts et certains soignants des porteurs de VIH préconisent la prudence quant à l’usage de la prise de ce traitement. Le danger concerne les personnes qui se traitent au Truvada sans savoir qu'elle sont séropositives : "Inconscientes de l'infection, elles ne prennent pas d'autres médicaments. Le virus risque alors de développer une résistance au traitement", indique le docteur Arvieux.

 

Peut-on commander le Truvada sur Internet ? VRAI. Le danger du Net est que l’on peut se fournir ce traitement ou son générique indien alors qu’il reste très controversé en terme de traitement préventif et n’est plébiscité ni par les scientifiques, ni par les associations, ni par les groupes à risques concernés.

 

EN CONCLUSION

 

  • La mise sur le marché de ce qui est présenté comme "le premier traitement préventif contre le sida" vient d'être recommandé par les autorités américaines, malgré les craintes qu'il n'entraîne des comportements sexuels encore plus risqués. Soit pour des personnes non infectées par le VIH, avoir des rapports sexuels non protégés avec des personnes infectées.
  • Le relâchement des comportements sexuels est déjà réel et les comportements à risques se généralisent.
  • Le Truvada doit être pris quotidiennement et sans aucun oubli pour être efficace.
  • Le manque de données scientifiques assez solides pour prescrire ce traitement en pré-exposition du VIH et le promouvoir. Évitez les effets d’annonce qui sont souvent l’apanage de campagnes commerciales pour des laboratoires en vue de stratégies de commercialisation dans les pays en développement.

 

  • Les recommandations de prudence : L’usage préventif du Truvada ne fait pas consensus auprès des experts. De plus, le traitement reste un traitement à un coût faramineux 12 à 14000 dollars/an. Attention aux comportements sexuels plus risqués. Les essais cliniques réalisés en 2007, qui démontraient la réduction les risques d'infections, étaient très encadrés médicalement ; rien à voir avec la vraie vie : "Les comportements sont différents dans la vie réelle. Des personnes risquent de se sentir faussement protégées et de multiplier les rapports sexuels à risques. Il faudra observer en détails l'attitude des patients". À commencer par le port du préservatif, qui ne doit en aucun cas être négligé, d’après le directeur Anthony Fauci de l'Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID).

http://www.truvada.com

http://www.ipergay.com

28/05/2012 - 15:55 par Leslie Carombo

Voir les commentaires (0) - Ajouter un commentaire

Aucun commentaire pour l'instant, soyez le premier à donner un avis

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire.


Articles liés

Dans la même catégorie


Les vrais-faux de la pilule anti-sida.

NÜDiversity - 2017