Sondage

Pour vous les les hommes en général sont principalement :

Des êtres humains comme nous... avec leurs faiblesses

Des compagnons qui partagent notre vie et sur qui on peut compter

Des protecteurs en toute circonstance

Des imbéciles qui ne comprennent jamais rien

Des rigolos encore un peu enfants qu'il faut supporter

Des adversaires contre qui il faut toujours se battre

Des personnes qui méprisent les femmes et leur font mal

Horoscope

Accueil > La forme au top > L'expert santé > Don de soi et don de vie. >

624

Journée internationale du don d'organe.

L'expert santé


Don de soi et don de vie.

Un jour peut-être, vous, un proche, un inconnu auront besoin de vivre grâce à votre générosité. Donnez un peu de vous pour sauver des vies…


Aujourd’hui, 17 octobre  est la journée mondiale du don d’organe.

De nos jours, 1 prélèvement possible sur 3 est refusé, et dans 6 cas sur 10, le refus émane de la famille. La famille n’autorise pas le prélèvement par méconnaissance de la position du défunt sur le sujet et par difficulté à accepter le deuil. Le don d’organe reste encore un sujet tabou car il induit l’éventualité de sa propre mort ou de celle d’un proche. Mais le don d’organe est un don de vie…

Avec un don on peut sauver 4 vies grâce à la possibilité de prélever 4 organes sur un même donneur  (cœur, rein, poumon, foie…)

 Quelques  chiffres

16 000 ont eu besoin d’une greffe en 2011

4945 greffes ont pu être réalisées

1572 donneurs ont sauvé des vies

5% des donneurs sont des dons de personnes vivantes

221 personnes décédées faute de greffe

Tout le monde peut donner…

  

Certes, le nombre de greffes et de greffés est en augmentation mais le besoin de greffons également.

Le don d’organe se fait sous des conditions précises soumises aux lois de la « bioéthique » :

1-    le principe de consentement présumé au don : « toute personne est présumée consentante au don d’organes ou de tissus sauf si il est inscrit sur le registre national des refus et les médecins doivent demander à la famille ou aux proches si le défunt n’était pas opposé au don »

2-    Anonymat : obligatoire pour tous les dons sauf ceux faits par des donneurs vivants qui ne peuvent le faire que dans leur cercle familial

3-    Gratuité : le corps humain n’est pas un patrimoine selon la loi

4-    Sécurité sanitaire : avant tout prélèvement, le donneur est soumis à une batterie d’examens

5-    Biovigilance : surveillance des risques d’incidents et effets indésirables

6-    Après prélèvement : le corps médical doit s’assurer de la meilleure restauration du corps avant de le rendre à la famille selon le code de santé publique. 

 

Le vrai/faux sur le don d’organe.


Il y a un âge limite pour donner ses organes.

FAUX- L’âge n’est pas une contre-indication au don d’organes et de tissus. C’est l’état physique du donneur qui compte. Mais les médecins évaluent au cas par cas les organes pour s’assurer de la qualité de la greffe à réaliser

 

Il faut une carte de porteur pour être donneur

FAUX- Il n’existe pas de registre national pour les donneurs. La carte de donneurs n’est pas un document légal mais un moyen d’affirmer sa non opposition au don d’organes et de tissus

 

Je suis malade, je peux être donneur 

VRAI- ce qui est pris en compte c’est l’état de chaque organe

 

Les amis aussi bien que la famille peuvent indiquer ma position sur le don d’organes

VRAI- Pour donner ses organes il faut le dire de son vivant

 

Le greffé peut connaître le nom du donneur décédé

FAUX- Don d’organes et tissus sont soumis au principe de l’anonymat

 

En cas de décès la famille ne peut faire d’obsèques si il y a don d’organe

FAUX – les proches peuvent se recueillir et procéder aux démarches des obsèques dès la fin du prélèvement

 

Certains organes seulement peuvent être prélevés

VRAI – si on souhaite ne pas faire don de tous ses organes ou tissus, le dire à ses proches et l’indiquer sur sa carte de donneur. On ne peut pas prélever tous les organes seuls les reins, le cœur, le foie, le pancréas, les poumons, l’intestin et les tissus le sont.


On peut choisir à qui donner ses organes

FAUX- On ne choisit pas à qui donner ses organes de son vivant. La loi française indique que le don ne peut bénéficier qu’à : 

-       un malade proche du cercle familial du donneur

-       un malade ayant un lien affectif et stable depuis plus de 2 ans avec le donneur

-       un malade inscrit sur une liste d’attente dans le cadre d’un don croisé

 

Lorsque le don est possible, plusieurs organes peuvent être prélevés

VRAI - En moyenne, quatre types d’organes sont prélevés par donneur : les reins, le foie, le cœur, les poumons, et plus rarement le pancréas. 
Mais le don d’organes n’est possible que pour un défunt en état de mort cérébrale. Une situation qui survient après un traumatisme crânien ou un accident vasculaire cérébral, et qui reste rare (moins de 1% des décès à l’hôpital) 

 

Malgré les tabous sur  le sujet,  les dons d’organe sont en augmentation grâce à la mobilisation des associations de greffés, du corps médical et des médias. Mais il ne faut oublier les contraintes financières, l’attente de donneurs, les difficultés des malades au travail, les marchés parallèles de vente d’organes (illicite) et le maintien d’une vie normale pour la famille des futurs greffés et pour les greffés hors de la maladie, trop souvent dans l’attente continuelle.

 

Pourtant le plus cadeau à faire à sa fin, est le don de soi… Donner, c’est aussi recevoir peut-être un jour, on ne sait jamais !

 

www.dondorganes.fr (Agence de biomédecine)

www.greffedevie.fr (Fondation)

www.france-adot.org (fédération des associations pour le don d’organes et tissus)

17/10/2013 - 15:30 par Leslie Carombo

Voir les commentaires (0) - Ajouter un commentaire

Aucun commentaire pour l'instant, soyez le premier à donner un avis

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire.


Dans la même catégorie


Don de soi et don de vie.

NÜDiversity - 2018