Sondage

Pour vous les les hommes en général sont principalement :

Des êtres humains comme nous... avec leurs faiblesses

Des compagnons qui partagent notre vie et sur qui on peut compter

Des protecteurs en toute circonstance

Des imbéciles qui ne comprennent jamais rien

Des rigolos encore un peu enfants qu'il faut supporter

Des adversaires contre qui il faut toujours se battre

Des personnes qui méprisent les femmes et leur font mal

Horoscope

Accueil > La forme au top > L'expert santé > Comprendre le vitiligo >

288

Le vitiligo : vers nouvelle approche thérapeutique

L'expert santé


DR

Comprendre le vitiligo

Une maladie auto-immune avec des retentissements psycho-sociaux sur les personnes atteintes mais de nouveaux traitements existent. Découvrez le Viticell®


Qu’est ce que le vitiligo ?


Maladie de peau caractérisée par des plaques blanches (de dépigmentation) qui apparaissent et s’étendent sur différentes parties du corps. Ces plaques sont généralement asymptomatiques, elles ne grattent pas, ne brûlent pas, ne font pas mal et ne sont pas contagieuses. Le vitiligo touche entre 0,5% à 2% de la population* mondiale, ce qui représente plus de 1 000 000 de cas en France.  Le vitiligo touche 2 millions de personnes dans le Monde et 1 patient sur 2 est diagnostiqué avant ses 20 ans. Cette maladie de peau est  due à une disparition des mélanocytes (cellules qui fabriquent la mélanine) et existe sous différentes formes.  *Etude Brit J Dermatol 2008

On parle des vitiligos et non du vitiligo. La maladie implique le système immunitaire notamment avec les cytokines.

Trop souvent le vitiligo est considéré comme un problème esthétique bénin alors qu’il a un impact sur la qualité de vie, la vie sociale et l’estime de soi de la personne atteinte avec très souvent la peur d’une aggravation de la maladie. 39% des personnes atteintes sont dépressives. Dans certains pays, comme l’Inde, le vitiligo était confondu avec la lèpre, au Moyen-Orient la maladie est un motif de répudiation pour la femme. La maladie n’est pas perçue de la même manière dans le Monde mais reste une grande source de souffrance psychologique pour les personnes atteintes.

Les différentes formes de la maladie

Il existe le vitiligo généralisé également appelé non segmentaire et le vitiligo segmentaire. La forme la plus fréquente est la non segmentaire ( vitiligo généralisé) avec de nombreuses plaques grossièrement symétriques. Quant à la forme segmentaire elle est limitée à un petit nombre de plaque ou sur une zone étendue mais très déterminée. Les deux types de vitiligos ne se traite pas de la même façon. Le vitiligo segmentaire est limité sur certaines zones de l’épiderme.

Lorsque l’ensemble de la peau et les poils est touché en laissant peu de peau saine, c’est du vitiligo universel.

Les idées reçues sur le vitiligo

C’est une maladie psychosomatique – FAUX

Le vitiligo s’étend rapidement – FAUX, l’évolution de la maladie est imprévisible. Le vitiligo peut rester stable, puis s’étendre plus ou moins rapidement et régresser souvent sous l’effet des UV du soleil

Le stress est une cause du  vitiligo – FAUX, mais la maladie occasionne du stress. C’est pourquoi il faut le prendre en charge surtout parce que le stress peut déclencher ou aggraver certains vitiligos.

Ce n’est pas une maladie contagieuse – VRAI, il n’y a aucun risque de contagion

Les personnes atteintes de vitiligo meurent plus tôt – FAUX, la survie des personnes atteintes de la maladie est la même que celle de la population générale. Cette maladie n’atteint aucun organe

C’est une maladie héréditaire – FAUX, le vitiligo n’est pas héréditaire mais si des parents du 1er degré sont atteints alors 5 à 8% des enfants pourront avoir la maladie et 24% chez des jumeaux

Quand on a du vitiligo, il faut s’exposer au soleil – VRAI et FAUX, l’exposition solaire permet de stimuler la reproduction mélanique mais il ne faut surtout pas s’exposer à outrance. Les plaques de vitiligo étant dépourvues de pigment, elles sont plus sensibles au soleil et rougissent plus rapidement. Il faut donc les protéger avec un écran solaire d'indice élevé. Mais il est important d'exposer les plaques au soleil selon une durée déterminée et conseillée par le dermatologue. L’exposition a pour but de stimuler la repigmentation des plaques dépigmentées à partir des mélanocytes persistants, en particulier dans les follicules pileux.

La maladie induit plus de risques de cancers de la peau – FAUX, le sujet atteint de vitiligo n’y a pas plus de risques de carcinomes et de mélanomes qu’un sujet sain.

On peut repigmenter une peau atteinte de vitiligo – VRAI et FAUX, une repigmentation est possible sur 70 à 80% des cas sur le visage.

Les traitements médicaux et leur prise en charge

Le vitiligo est une dermatose grave qui implique un retentissement psycho-social sur la personne atteinte. Après un examen à la lampe de Wood, le médecin doit expliquer clairement les différentes possibilités thérapeutiques et les limites des prises en charge au patient. Il faut adapter les traitements aux différentes formes cliniques du vitiligo.

Les traitements médicaux référents sont :

-       L’héliothérapie naturelle

-       Corticoïdes classe IV

-       Immunomodulateurs

-       Photothérapie associée

En cas d’échec des ces traitements de première intention qui peuvent poser un certains nombres de contraintes dans la prise en charge, il y a :

-       la greffe de mélanocytes (greffe de peau mince), le meilleur traitement pour les vitiligos segmentaires ou les vitiligos non segmentaires stables depuis au moins 3 ans.

-       Traitements combinés sur zones difficiles (tacromilus+UVB, antioxydant oraux et UVB, etc)

Ne pas négliger les dermocosmétiques qui peuvent apporter une aide complémentaire aux traitements.

Les  nouveaux traitements

La greffe cellulaire autologue dite autogreffe est une option thérapeutique de seconde intention notamment dans le cas d’un vitiligo stable, segmentaire ou focal (sur une seule zone de la peau).

Cette greffe de cellules prélevées sur le patient lui-même, a été développée par Gauthier et al. Depuis 1992 la technique a bien évolué notamment avec l’utilisation de l’acide hyaluronique.

 

Viticell® : le nouveau dispositif médical de suspension cellulaire autologue

Ce kit est un dispositif médical qui permet de réaliser à partir d’une biopsie de peau fine, une digestion enzymatique en 15 min à 37°C en utilisant un cœur de chauffe. On utilise les propres cellules du patient pour repigmenter les lésions dépigmentées de la peau. Le greffon est un mélange de cellules basales de kératinocytes, de cellules de Langerhans, de mélanocytes et de fibroblastes. Le kit Viticell® permet de traiter 20cm2 de peau lésée avec une intervention de 2 à 3 heures en moyenne sous contrôle médical. La biopsie, la réalisation et l’application de la suspension cellulaire sont menées par un médecin, de préférence un dermatologue. Il est contre-indiqué sur des cicatrices chéloïdes et sur des personnes allergiques à l’acide hyaluronique. La zone la plus douloureuse est la zone de prélèvement de peau mais des antalgiques sont prescrits.

Viticell® est indiqué dans la repigmentation de la peau en cas d’un vitiligo non évolutif, segmentaire ou pour des cicatrices post-traumatiques hypochromiantes.

VIDÉO : pour en savoir plus sur la pose  du kit (âmes sensibles s’abstenir)

Sorti depuis janvier 2015, le kit Viticell® des Laboratoires Genevrier est agrée par l’ANSM. Cet acte thérapeutique peut être fait en cabinet dermatologique de ville ou en hôpital. Il n’est pas remboursé et coûte 480€ TTC. Un prix raisonnable pour remédier à une dermatose bien inesthétique et traumatisante pour la plupart des personnes atteintes. D’autres ont fait de la maladie une force comme Winnie Harlow, mannequin atteinte de vitiligo et égérie de la marque Desigual.

 

Plus d’infos

Viticell®

Association française du vitiligo

01/11/2015 - 19:50 par Leslie Carombo

Voir les commentaires (0) - Ajouter un commentaire

Aucun commentaire pour l'instant, soyez le premier à donner un avis

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire.


Dans la même catégorie


Comprendre le vitiligo

NÜDiversity - 2017