Sondage

Pour vous les les hommes en général sont principalement :

Des êtres humains comme nous... avec leurs faiblesses

Des compagnons qui partagent notre vie et sur qui on peut compter

Des protecteurs en toute circonstance

Des imbéciles qui ne comprennent jamais rien

Des rigolos encore un peu enfants qu'il faut supporter

Des adversaires contre qui il faut toujours se battre

Des personnes qui méprisent les femmes et leur font mal

Horoscope

Accueil > La forme au top > L'expert santé > Les alternatives à la chirurgie. >

540

Le fibrome utérin: nouveaux traitements.

L'expert santé


Les alternatives à la chirurgie.

Les fibromes utérins sont des tumeurs bénignes (non cancéreuses), qui peuvent être nombreux et volumineux et assez douloureux pour la femme. Une femme sur trois, soit 40% de femmes, souffre de fibrome utérin, le plus souvent entre 30 et 50 ans.


Pour éviter une hystérectomie (ablation de l'utérus), opération chirurgicale dont les conséquences pour les femmes sont irréversibles et traumatisantes il existe des interventions moins contraignantes pour les femmes.

C'est quoi un fibrome utérin ?

Les fibromes sont des excroissances du muscle utérin. Les complications d'un fibrome sont multiples et engendrent divers symptômes tels que des saignements abondants hors des périodes de règle, des douleurs et des pesanteurs pelviennes (bas ventre), l'incontinence ou une augmentation nette de la fréquence urinaire voire même une infertilité ou des rapports sexuels plus ou moins douloureux.

Un fibrome est-il obligatoirement cancérigène ? Non!

Pour s'assurer qu'un fibrome n'est pas cancérigène, l'échographie est l'examen incontournable. En cas de doute, ou si le fibrome est trop volumineux ou en trop grand nombre, une IRM est nécessaire. Ces tumeurs régressant spontanément à la ménopause, une intervention chirurgicale n'est donc pas nécessaire.

Pour les fibromes nécessitant une intervention, il existe des techniques dites "mini- invasives" ou non chirurgicales. Dans les différents cas de fibromes, il existe plusieurs possibilités:

1- Méthodes chirurgicales pour les fibromes volumineux de plus de 10 cm ou très nombreux

  • Hystérectomie: ablation de l'utérus qui évite toute récidive
  • Myomectomie: chirurgie conservatrice

L'une ou l'autre des interventions va dépendre du désir d'enfant...

2- Méthodes non chirurgicales pour les fibromes de moins de 10 cm

  • L'embolisation des artères utérines: nécrose les fibromes de moins de 10 cm uniques ou multiples hors de la cavité utérine
  • L'hystéroscopie:fait par les voies naturelles avec un endoscope pour des fibromes de moins de quatre centimètres situés dans la cavité utérine
  • Coelioscopie: petite incision pour introduire un laparoscope pour des fibromes de moins de 10 cm peu nombreux
  • Dernière tendance: Les ultrasons. Ce traitement est pratiqué sous IRM, les ultrasons détruisent le fibrome de façon précise. Cette méthode est utilisée pour des indications précises et concerne les fibromes uniques de moins de 10 cm, situés sur le devant de l'utérus.

Atouts et inconvénients des interventions invasives ou non invasives

  • Hysérectomie: ablation totale de l'utérus. Une opération qui nécessite une hospitalisation de trois à cinq jours et un mois d'arrêt avec 2% de complications graves qui peuvent apparaître (hématomes, plaies de la vessie, phlébites) et des dépressions post-opératoires plus ou moins longues. Technique qui retire toute possibilité de faire des enfants. Par contre cette intervention évite toute récidive de fibrome.
  • Myomectomie: conservation de l'utérus lors de cette opération chirurgicale dont l'hospitalisation dure de 3 à cinq jours et environ un mois d'arrêt. Une récidive de 20 à 25% se fait dans les cinq ans.
  • Embolisation: Technique radiologique (sous anesthésie locale) qui consiste à faire une occlusion des vaisseaux sanguins qui alimentent le fibrome avec des billes. Technique délicate et assez douloureuse qui nécessite un arrêt d'une semaine et est non recommandée lors d'un désir de grossesse.
  • Coelioscopie: Intervention non invasive qui entraîne une cicatrice sur l'utérus et peut le fragiliser, une technique dont les récidives sont de 20 à 25%.
  • Ultrasons: Technique non invasive qui ne nécessite pas d'anesthésie, ni d'hospitalisation ou de prises médicamenteuses et plutôt bien tolérée par les patientes. Cette technique s'applique dans certains cas où le fibrome est ni trop petit, ni trop nombreux. Il n'y a pas de cicatrices ou d'adhérences. Par contre ce traitement n'est pas encore remboursé par la Sécurité Sociale et n'est pas pratiquée dans tous les établissements hospitaliers. 

 

02/03/2011 - 10:30 par Leslie Carombo

Voir les commentaires (0) - Ajouter un commentaire

Aucun commentaire pour l'instant, soyez le premier à donner un avis

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire.


Dans la même catégorie


Les alternatives à la chirurgie.

NÜDiversity - 2017