Sondage

Pour vous les les hommes en général sont principalement :

Des êtres humains comme nous... avec leurs faiblesses

Des compagnons qui partagent notre vie et sur qui on peut compter

Des protecteurs en toute circonstance

Des imbéciles qui ne comprennent jamais rien

Des rigolos encore un peu enfants qu'il faut supporter

Des adversaires contre qui il faut toujours se battre

Des personnes qui méprisent les femmes et leur font mal

Horoscope

Accueil > Les modeuses > Mode en folie > Polémique autour d’une élection beauté dite communautaire. >

586

Miss Black France.

Mode en folie


Nüdiversity

Polémique autour d’une élection beauté dite communautaire.

Affaire de représentativité ou énième élection de miss en lice pour la diversité ? L'élection Miss Black France controversée...


Miss black France fait le buzz autour d’un concours de beauté...

Samedi 28 avril 2012 à la salle Wagram (Paris), dix huit  jeunes femmes noires, sélectionnées sur mille candidatures sur toute la France, étaient en lice pour la première élection de Miss Black France 2012. 

Des jeunes femmes à la peau noire, aux corps sculpturaux, aux pas chaloupés et à la beauté indéniable représentaient la beauté noire française. Malgré la controverse autour de cette première édition de miss black France, cet énième concours de miss n’a laissé personne indifférent.

Sur fond de polémique, le concours a couronné Mbathio Beye, jeune femme de 21 ans, d’origine sénégalaise, étudiante en master de stratégie marketing à Paris. Ses dauphines Romy Niaba, 22 ans, étudiante en sciences politiques, française d'origine ivoirienne, domiciliée à Nantes, et Aissata Soumah, 23 ans, étudiante en école de commerce, de nationalité guinéenne et domiciliée à Troyes, a démontré qu’on pouvait être belle et avoir une tête bien pleine. Cette initiative visait à "célébrer la beauté noire", selon son fondateur et organisateur, Frédéric Boyer, estimant que "l'élection Miss France n'est pas assez représentative". Si le concours de beauté a reçu les soutiens du Conseil représentatif des associations noires (Cran) et de Geneviève de Fontenay, il n'a toutefois pas fait l'unanimité. Plusieurs personnalités et associations ont fait part de leurs inquiétudes…

Patrick Lozes, fondateur et ancien président du Conseil représentatif des associations noires (Cran), dénonce le concept du concours. "Ces jeunes filles doivent se sentir françaises, et non noires dans la société française. Et puis, je sais ce qu'est une Malienne ou une Sénégalaise. Une noire non. C'est un concours qui consacre une apparence en la transformant en une identité associée à une couleur", a-t-il déclaré au Monde daté de vendredi.

 Le président de SOS racisme s'interroge également. "On milite pour le vivre ensemble. Il ne faut pas 'ethniser' la question du corps noir. La volonté d'institutionnaliser le concours est contreproductive", explique Dominique Sopo. Dans Le Monde daté de samedi, l'historien Pascal Blanchard, spécialiste des immigrations au CNRS et auteur de "La France noire", s'est dit «choqué» par le concours, jugeant que l'initiative est «stupide» et «dangereuse».

Des réactions qui "confortent" Frédéric Royer l’organisateur de l ‘événement, qui a estimé que "la polémique est la preuve qu'il y a un malaise sur la question de la femme noire. Cela conforte donc notre démarche qui est de la mettre pour une fois en lumière". Pour autant il se défend de tout communautarisme. "Quand un jour les noires auront la place qu'elles attendent et qu'elles méritent en France dans les médias et dans les concours de miss, à ce moment-là, peut-être que 'Miss Black France' pourra disparaître. Notre objectif est vraiment de dire : on existe, et on est obligé de créer une élection spécialement pour qu'on les voit enfin", a-t-il expliqué sur France 2.

Des inquiétudes ou des interrogations qui peuvent être légitimes et qui poussent sans aucun doute à une réflexion plus profonde sur l’identité française aujourd’hui. Peut-être une façon de poser et de se poser les bonnes questions quant à la place de certaines communautés dans le microcosme français et notamment la place des femmes des différentes communautés qui font la société française aujourd'hui.

Au delà du buzz sur une question de polémique- hypocrisie sur l’intégration ou la place de la diversité dans le monde de la beauté-, ce concours de beauté était un événement ambassadeur sur la sensibilisation d’une maladie génétique très répandue (50 millions de personnes atteintes dans le monde) dans les populations d’origine africaine, caribéenne, indienne,  orientale et méditerranéenne : la drépanocytose.

De nos jours, le "futile" deviendrait-il sujet à controverse ou à débat ?! 

02/05/2012 - 17:07 par Leslie Carombo

Voir les commentaires (0) - Ajouter un commentaire

Aucun commentaire pour l'instant, soyez le premier à donner un avis

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire.


Dans la même catégorie


Polémique autour d’une élection beauté dite communautaire.

NÜDiversity - 2017