Sondage

Pour vous les les hommes en général sont principalement :

Des êtres humains comme nous... avec leurs faiblesses

Des compagnons qui partagent notre vie et sur qui on peut compter

Des protecteurs en toute circonstance

Des imbéciles qui ne comprennent jamais rien

Des rigolos encore un peu enfants qu'il faut supporter

Des adversaires contre qui il faut toujours se battre

Des personnes qui méprisent les femmes et leur font mal

Horoscope

Accueil > Les débats > Nos différences > Une question de point de vue. >

661

Savoir accepter le temps qui passe.

Nos différences


NÜDiversity

Une question de point de vue.

Augmentation de l'espérance de vie, baisse du taux de fécondité... la population vieillit. Pourquoi ce culte de la jeunesse va à l'encontre de la réalité ?


Selon l'Insee, aujourd'hui en France l'âge moyen dépasse 40 ans.

On se souvient du temps où on anticipait notre âge, « je vais avoir 20 ans » ( dans 6 mois), seulement 10 ans plus tard, la veille de notre anniversaire, n'est pas encore notre anniversaire !

Et le temps passe vite... À peine le temps de savoir qui on est , où on va,  et on a déjà trente ans.  Le temps d'être plus posé, plus réfléchi et on en a 40, puis 50.

Il n'est pas rare d'entendre certaines personnes expliquer qu'elles se sentent beaucoup plus épanouies et mieux dans leur peau à 40 ans ; qu'elles ne l'étaient lorsqu'elles avaient 20 ans. Cependant pour ce qui est de notre évolution physique, tout est bon pour essayer d'y échapper !

Le culte de la beauté et de la jeunesse est omniprésent dans notre société : petites rides et cheveux  blancs doivent impérativement disparaître afin de ne surtout pas faire son âge.

Il est difficile d'accepter le temps qui passe quand la société dans laquelle on vit considère la vieillesse, et tout ce qui la symbolise, de manière négative. 

Alors que l'évolution scientifique nous permet de vivre plus longtemps et dans de meilleures conditions de santé, on nous laisse penser que dès 40 ans nous commençons à décliner.

On ne peut que souligner un paradoxe : « tout le monde désire vivre longtemps, mais personne ne voudrait être vieux .» (Jonathan Swift)

Toutes les sociétés ne perçoivent pas le vieillissement de la même manière. Alors qu'en Europe ou en Amérique on a tendance à l'associer à un déclin : plus on vieillit plus on est considéré comme  inutile à la société et dépendant des autres. En Asie ou en Afrique, plus on vieillit, plus on est respecté voire admiré pour son vécu et la connaissance qui en résulte.

Le vieillissement va de paire avec l'enrichissement, plus la personne est âgée plus elle possède le savoir et la sagesse, plus elle est utile aux jeunes dans leur apprentissage de la vie. Une coutume  africaine dit que quand un vieil homme meurt, c'est une bibliothèque qui brûle.

La vieillesse c'est d'un côté la richesse de l’expérience et de l'autre le déclin physique et intellectuel. Mais c'est la  société dans laquelle on vit qui accordera plus d'importance à l'une ou l'autre, qui nous influencera dans notre perception de nous-même, et dans notre acceptation du temps qui passe, pleine de sagesse ou pleine d'angoisse.

 

Si dans les sociétés occidentales il apparaît clairement qu'il est plus difficile de vieillir, peut-on imaginer qu'un changement de pensée individuel pourrait palier une tendance sociale ?

Partager son savoir, être utile quand on nous pense inutile, reprendre confiance en appuyant ses points forts plutôt que ses points faibles, se fixer des objectifs différents mais aussi des rêves,  peut-être une voie vers l'acceptation du temps qui passe.

21/06/2011 - 15:55 par La rédaction- Manon

Voir les commentaires (0) - Ajouter un commentaire

Aucun commentaire pour l'instant, soyez le premier à donner un avis

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire.


Dans la même catégorie


Une question de point de vue.

NÜDiversity - 2017