Sondage

Pour vous les les hommes en général sont principalement :

Des êtres humains comme nous... avec leurs faiblesses

Des compagnons qui partagent notre vie et sur qui on peut compter

Des protecteurs en toute circonstance

Des imbéciles qui ne comprennent jamais rien

Des rigolos encore un peu enfants qu'il faut supporter

Des adversaires contre qui il faut toujours se battre

Des personnes qui méprisent les femmes et leur font mal

Horoscope

Accueil > Les débats > Nos différences > Stéréotype et exclusion : témoignage. >

664

Les noirs et l'athlétisme

Nos différences


Stéréotype et exclusion : témoignage.

Julien, jeune caribéen de 18 ans, avoue: «En fait, j'étais meilleur au tennis qu'à la course. Mais je n'avais quasi personne à admirer, pas de champion noir de tennis récent. Alors je me suis dit que je serai le premier de ces années 2000».


Julien, jeune caribéen de 18 ans, avoue: «En fait, j'étais meilleur au tennis qu'à la course. Mais je n'avais quasi personne à admirer, pas de champion noir de tennis récent. Alors je me suis dit que je serai le premier de ces années 2000». Il se rend au club de tennis local. «Les courts étaient remplis. Beaucoup de monde, aucun Noir. Je ne me suis pas senti à l'aise, mais j'ai demandé les tarifs d'inscription et le prix des cours.» «  Nous sommes cinq enfants à charge chez moi. Après calcul de la dépense totale, je me suis dit: impossible. Et je suis parti.» Une étude menée par Sid Hayes et John Sugden de l'université de Brighton, a porté sur les attitudes de 35 professeurs d'E.P.S. Plus de 80% d'entre eux ont estimé que «les élèves noirs ont tendance à être avantagés en sport», particulièrement en athlétisme. Qu'en est-il du jeune champion européen blanc, Christophe Lemaitre, dont tous les journalistes nous rabâchent sans arrêt être le seul blanc à courir sur 100 m sous les dix secondes, en 9"98. C'était le 9 juillet 2010 à Valence, aux championnats de France. La preuve en est, tous les journalistes trouvent que c'est un incroyable record, pour un athlète blanc. Il a tenu son rang de premier athlète blanc et meilleur champion européen en 2010 avec une grande marge de progression. À méditer...

Un peu de génétique.

Près de 70% des professeurs attribuent la réussite sportive de leurs élèves noirs à des «raisons physiologiques». Info ou intox ? Le corps humain comporte environ 100 000 gènes. Or, moins de 10 d'entre eux ont un quelconque rapport avec la couleur de la peau. Il y a manifestement des différences entre groupes humains, mais elles sont liées à la géographie. Lorsque les hommes se sont répandus sur la planète, ils se sont adaptés à leur environnement naturel et ont transmis ces modifications à leurs descendants. «Le gène qui fait courir les Noirs» Il n'en demeure pas moins que beaucoup de gens continuent de croire qu'on va découvrir demain le gène qui fait courir les Noirs plus vite. Ce qui est affligeant, à chaque fois qu'un Noir l'emporte, ce sont les soit disant arguments génétiques!». Ces arguments servent souvent à nier ou à minimiser les efforts acharnés et l'intelligence de certains champions noirs. Souvent, on souligne les aptitudes naturelles des athlètes noirs tandis qu'on met en avant la volonté et la stratégie subtile des athlètes blancs. «Un Noir doit être loin devant les autres pour que sa sélection soit incontestable. Le public ne prête jamais attention aux Noirs dont les performances sont moyennes car ils ne sont pas sélectionnés. Donc, les gens disent: «Tu as vu? Il y a sûrement quelque chose de particulier chez les Noirs.»

Le sport : ascenceur social ?

Le sport, un des meilleurs tremplins pour l'ascension professionnelle chez les Noirs. La proportion de Noirs dans les sélectionnés de disciplines majeures lors de compétitions d'envergure internationale, en athlétisme, au basket ball et au football permet de saisir les mutations sociologiques de la population de sportifs. Le sport devient en ce sens, un lieu de conquête sociale, un espace de visibilité. À l'instar d'autres espaces sociaux, comme la politique, les médias, ou le cinéma, la visibilité des minorités (les Maghrébins sont également compris) est lente à se dessiner dans la direction et l'administration des clubs et des fédérations. De plus ces sports demandant moins d'équipements et d'installations sportives (football, course, etc.), ils sont forcément plus populaires dans les pays pauvres (Afrique ou Antilles notamment). Chez les peuples ayant une longue tradition de marche à pied sur de longues distances, on retrouve des champions marathoniens (kenya, Somalie). Comme on dit : « ceci explique sans doute cela !!! »

02/03/2011 - 10:28 par Leslie Carombo

Voir les commentaires (0) - Ajouter un commentaire

Aucun commentaire pour l'instant, soyez le premier à donner un avis

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire.


Dans la même catégorie


Stéréotype et exclusion : témoignage.

NÜDiversity - 2018