Sondage

Pour vous les les hommes en général sont principalement :

Des êtres humains comme nous... avec leurs faiblesses

Des compagnons qui partagent notre vie et sur qui on peut compter

Des protecteurs en toute circonstance

Des imbéciles qui ne comprennent jamais rien

Des rigolos encore un peu enfants qu'il faut supporter

Des adversaires contre qui il faut toujours se battre

Des personnes qui méprisent les femmes et leur font mal

Horoscope

Accueil > Les débats > NÜéco > Des femmes pour le changement. >

696

Libye : les femmes défient le pouvoir.

NÜéco


Des femmes pour le changement.

Les combats virulents récents ne se font pas sans les femmes, pour plus d’égalité et de démocratie.


La Lybie, qui fut, après la révolution un pays ouvert aux femmes, s’embrase. Le 15 février, les mères de milliers de prisonniers morts en détention sont venues se poster devant le tribunal de Benghazi avec les portraits de leurs fils.  À Benghazi, les femmes ont désormais leur espace réservé dans les rassemblements de soutien à la révolution du 17 février. Les femmes ne participent pas uniquement aux rassemblements populaires, mais aussi aux organes qui tentent de structurer la dissidence : le Conseil National de Transition lybien en compte une, dont l'identité est tenue secrète, pour des raisons de sécurité – certains laissent entendre qu'elle se trouve à Tripoli.

Au sein du nouveau conseil municipal de Benghazi, elles sont trois. Parmi elles, l'avocate Salwa Bougaghis, 44 ans, militante de longue date des droits de l'homme.

 

En Libye, les prémisses du mouvement de libération des femmes remontent à la fin des années 1930. Et comme ailleurs, le premier pas fut l'accès à l'éducation.

Lorsque la Libye devient indépendante, en 1951, le gouvernement met en place un système éducatif destiné aux filles. De là, sont parties les premières revendications du droit à travailler. Les premières femmes au travail ont été institutrices et infirmières. Ce qui fut une évolution notoire du droit civil. En 1962, le droit de vote des femmes a été inscrit dans la constitution, beaucoup plus tôt que dans d'autres pays arabes. En 2010, alors que l'on comptait 1,05 homme par femme en Libye, une grande majorité d’entre elles étaient dans les universités.

Les femmes constituent une importante partie des juges du tribunal de Benghazi.

Selon Naeïma Gebril. « 2% de femmes qui ne porte pas le voile en Libye, incarnent, chacune à leur manière, une parole qui se libère. »

« Près de 60% des femmes travaillent, car malgré le poids de la tradition, les mentalités ont évolué depuis une quarantaine d'années. Et c'est aussi pour la simple et bonne raison qu'un seul salaire ne suffit pas toujours à faire vivre un foyer. »

« Avec cette révolution, les femmes sentent pour la première fois qu'elles peuvent avoir un vrai rôle politique collectif. »

Portrait d’une femme révolutionnaire et militaire.

Naima Rifi, officier dans l'armée libyenne,  a 46 ans, deux enfants et une petite fille, à Tobrouk, qui a rejoint les forces rebelles. « Notre engagement de militaire, c'est la loyauté à notre pays, et notre pays, c'est le peuple. L'armée n'a pas changé de camp, ce qui a changé, c'est l'autorité. Quand j'ai su qu'à Benghazi, la capitale de l'est du pays, ils massacraient la population civile, je n'ai pas hésité. » Pour Naima, une opération étrangère "délégitimerait les demandes du peuple libyen, mais il n'est pas de ma responsabilité de prendre cette décision."

"Je crois que si la révolution triomphe, nous pourrons obtenir une répartition plus équitable des richesses, une meilleure éducation pour nos enfants... »

 

Mais l'histoire est encore en train de s'écrire...

 

13/03/2011 - 10:11 par Leslie CAROMBO

Voir les commentaires (1) - Ajouter un commentaire

LIANOR

17/03/2011 - 08:59 - LIA24

Khadafi reprend le pouvoir. Aïe aïe aïe...


Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire.


Dans la même catégorie


Des femmes pour le changement.

NÜDiversity - 2018