Sondage

Pour vous les les hommes en général sont principalement :

Des êtres humains comme nous... avec leurs faiblesses

Des compagnons qui partagent notre vie et sur qui on peut compter

Des protecteurs en toute circonstance

Des imbéciles qui ne comprennent jamais rien

Des rigolos encore un peu enfants qu'il faut supporter

Des adversaires contre qui il faut toujours se battre

Des personnes qui méprisent les femmes et leur font mal

Horoscope

Accueil > Les débats > NÜéco > Ces femmes qui veulent changer la politique >

660

Les femmes en politique en France et ailleurs.

NÜéco


Ces femmes qui veulent changer la politique

« La politique est une affaire d’hommes. » Mais les femmes ont aussi leur place dans la politique locale ou nationale de leur pays. Femme présidente, oui, et après !!


Tout comme le monde de l’entreprenariat, ou de la direction de conseil d’administration, la politique mute vers une féminisation ; même si le combat est rude et peu souvent à armes égales. De nombreuses femmes  en France et à travers le monde oeuvrent pour changer cet état de faits.

La politique n’est plus une affaire d’hommes.

Depuis de nombreuses années, la gente féminine essaye d'imposer sa liberté d'expression, de personnalité, d'action et surtout tente d'obtenir une certaine reconnaissance politique. La masculinisation persistante des hautes sphères de la République nous fait constater que la parité, censée être favorisée par la loi, peine à trouver ancrage dans la réalité politique française, mais cela est valable dans le Monde entier. De manière générale, les femmes sont souvent cantonnées  au stade de militantes ou de suppléantes lorsqu’elles ont une perspective en politique. Aujourd’hui, à l’International comme dans la République française, les femmes se targuent d’être aussi des candidates.

Des femmes présidentes ou candidates aux présidentielles, ce n’est plus uniquement qu’une affaire d’hommes.

Ces femmes qui ont ouvert la voie de la présidence.

Certaines ont permis de montrer qu’une femme tout autant qu’un homme peut diriger un pays ou un ministère.  Dix femmes (si peu), souvent élues et non autoproclamées, dirigent un pays à travers le monde dont quatre sont européennes, trois viennent d’Amérique du Sud, deux d’Asie et une d’Afrique.

Elles ont d’ailleurs rarement un rôle de représentation et dirigent réellement leur pays.

Les présidentes

  • Tarja Halonen : présidente de la Finlande
  • Mary Macaleese : présidente d’Irlande
  • Doris Leuthard : présidente de la Suisse
  • Dalia Grybauskaité : présidente de Lituanie
  • Dilma Roussef : présidente du Brésil
  • Cristina Kirchner : présidente d’Argentine
  • Laura Chinchilla : présidente du Costa Rica
  • Roza Outenbaïeva : présidente du Kirghizstan
  • Pratibah Patil : présidente de l’Inde
  • Ellen Johnson Sirleaf : présidente du Liberia

D’autres sont à la tête de gouvernements et jouent un rôle primordial dans la gouvernance de leur pays et sur la scène politique internationale (Angela Merkel- Allemagne/ Juillia Gillard- Australie/ Mariam Kaïdama Cissé Sidibé- Mali…).

Il est regrettable de constater que l’on fait d’énormes tapages médiatiques sur le fait que ces femmes briguent un mandat présidentiel et que l’on ignore ou minimise avec tant de panache leurs résultats pendant leur mandat. Est ce qu’une fois présidentes, elles n’ont plus d’aura médiatique ? Leur mandat a t’il moins de valeur ou d’intérêt que celui d’un président ? Restent-elles cantonnées à un mandat de façade ou ont-elles des résultats probants lors de leur mandat présidentiel grâce à leur acharnement ou leur compétence ? Pourquoi occulte t’on tant leurs actions, réformes et résultats au détriment de leur physique, de leur vie ou statut familial ? Par ignorance, par machisme… 

Autre question : à quand une femme présidente issue de la diversité ou des minorités visibles ? C'était pour rire !!! 

Nous avons eu en France, en 2007, Ségolène Royal qui a brigué la présidence française et a perdu face à Nicolas Sarkozy, avec en toile de fond sa beauté, son rôle de mère et de politicienne active, son divorce… Mais aussi ses résultats dans les ministères, ses compétences, sa vision pour la France. Fait-on la même chose pour les candidats hommes qui sont aussi père de famille, ou mari de quelqu’un ? 

Malgré ce machisme ambiant dans la politique française, l’année des présidentielles (mai 2012), est une bonne cuvée pour les femmes candidates : Martine Aubry, Ségolène Royal, Marine Le Pen, Eva Joly. Pourtant nous avons beaucoup de mal à croire à l’élection d’une femme française présidente. Car la prise de conscience de la société française sur les femmes et leurs compétences ou même leur charisme pour être présidentes, reste à faire. Mais nous espérons que cette campagne démontre que « la Femme est un bon homme politique », si tente est qu’un politicien peut-être « bon » ! 

Tsunami féminin en politique ? Espoir ou illusion. 

Les femmes n’hésitent plus à s’engager en politique, à se préparer à poser leur candidature à tous les paliers et dans toutes les instances. Des femmes qui ont besoin d’exprimer leurs convictions, d’affirmer leur personnalité, et qui ont la volonté de réussir à se dépasser. On retrouve cette même volonté chez les femmes africaines, asiatiques, arabes que chez les européennes. Mais pour ces femmes d’ailleurs, c’est un vrai sacerdoce !

Ces femmes politiciennes ou en devenir, d’Haïti, d’Afrique, d’Asie ou du monde arabe sont des « femmes courage ». Elles n’hésitent pas à s’engager au péril de leur vie et inspirent toutes les femmes à montrer du courage, de la détermination, pour atteindre l’égalité, et prendre leur place dans la vie publique locale et nationale de leurs pays respectifs. Ce n’est pas un hasard si la femme a constitué depuis plus d’un siècle l’enjeu et le pivot de toutes les modernités de la société. 

Sur le continent africain, les femmes élues locales représenteraient environ 12%, un chiffre en constante augmentation. Mais il est trompeur, car dans certains pays, on ne frôle pas les 1%. Pour gravir les échelons, les femmes doivent se battre contre les clichés, contre les mentalités et parfois même contre…d’autres femmes.

Certains pays comme le Rwanda sont des exemples mais aussi des exceptions sur le continent africain : il compte 56% de femmes au Parlement. L’Afrique du Sud, le Mozambique et l’Ouganda sont aidés par un système de quotas qui permet de féminiser la sphère politique de leur pays. « Avant, au Rwanda, la femme n’avait pas son mot à dire devant les hommes mais maintenant nous sommes sur un pied d’égalité, nous pouvons désormais jouer le même rôle en politique », explique Eugénie Musanabaganawa, militante du Parti de la prospérité et de la solidarité dans son pays.

La rédaction NÜdiversity reste persuadée que toute société a besoin des compétences des femmes et de leurs visions pour dépasser le poids des conventions et faire avancer aussi le monde de la politique.

Aux femmes de prendre place et de partager, au mieux avec les hommes, la vie publique locale, nationale de leur pays, voire internationale.  

Les femmes sont ambitieuses !!

11/10/2011 - 09:18 par Leslie Carombo

Voir les commentaires (0) - Ajouter un commentaire

Aucun commentaire pour l'instant, soyez le premier à donner un avis

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire.


Dans la même catégorie


Ces femmes qui veulent changer la politique

NÜDiversity - 2017