Sondage

Pour vous les les hommes en général sont principalement :

Des êtres humains comme nous... avec leurs faiblesses

Des compagnons qui partagent notre vie et sur qui on peut compter

Des protecteurs en toute circonstance

Des imbéciles qui ne comprennent jamais rien

Des rigolos encore un peu enfants qu'il faut supporter

Des adversaires contre qui il faut toujours se battre

Des personnes qui méprisent les femmes et leur font mal

Horoscope

Accueil > Les débats > NÜéco > Polémique autour du devoir de mémoire. >

545

Mémorial de l'esclavage à Nantes.

NÜéco


NÜDiversity

Polémique autour du devoir de mémoire.

Le 25 mars 2012 un événement controversé mais non moins important de la commémoration de l’esclavage s’inscrit dans l’environnement architectural, politique et sociétal français.


La traitre négrière transatlantique et de l’océan indien reste toujours sujette à polémique entre politiciens, historiens et même entre citoyens français.  Doit-on sous prétexte que des années ont passé, enterrer une part intégrante de l’histoire de la France ? Si l’esclavage aujourd’hui existe encore, sous d’autres formes, plus insidieuses, c’est peut-être parce que le devoir de mémoire et l’histoire des populations ayant subi l’esclavage a trop souvent été minimisé, voire étouffé. C’est en acceptant et en connaissant toute son histoire que l’on peut construire et souder une population et ses générations.


i> TELE - Commémoration de l'abolition... par durpaire2

 

Histoire et polémique : les sœurs ennemies.

Toute page d’histoire de pays est illustrée de polémiques, d’interprétation individuelles et collectives. C’est en cela que l’histoire est toujours sujette à controverses et la frontière est toujours ténue entre devoir de mémoire et histoire.

Le devoir de mémoire doit faire partie intégrante de l’histoire car l’histoire se construit avec tous les citoyens, peu importe le nombre d’années. Accepter les parties les plus douloureuses de l’histoire, c’est aussi permettre de scinder un peuple.

Pourquoi lorsque l’on parle de la traitre négrière, on rentre systématiquement dans une controverse ?

« Y aurait-il, aussi, une hiérarchisation de l’histoire ?  Le devoir de mémoire serait-il considéré comme une valeur idéaliste et insignifiante de l’histoire ? »

Pourtant, unique en France, le Mémorial de l'abolition de l'esclavage à Nantes, marquerait de manière solennelle la réconciliation d’une partie non négligeable de l’histoire de France. Avec l'ambition de promouvoir de nouveaux échanges, équilibrés et équitables, entre l'Afrique, l'Amérique et l'Europe. Ce mémorial pourrait devenir un référent international sur le devoir de mémoire de la traite négrière.

Puisque Nantes a été une des anciennes et plus importantes capitales de la traite négrière, il est symboliquement intéressant et important que cette ville qui a fondé une part de ses richesses sur son statut de premier port négrier de France, rende hommage à une partie de la population française aujourd’hui (les afro-descendants). Mais n’oublions pas que du 17e au milieu du 19e siècle, tous les grands ports européens ont participé à ce trafic d'êtres humains, ce qui a construit l’immense richesse de chacun d’eux. 

Durant plus de trois siècles, des navires mirent le cap vers l'Afrique pour y échanger leur cargaison de marchandises contre des millions de captifs, vendus ensuite comme esclaves sur le continent américain. Ce trafic assurait la prospérité des colons planteurs de canne à sucre ou de coton et garantit l'essor de toute l'économie occidentale. Sur les 4100 expéditions négrières françaises, près de la moitié partirent de Nantes. Nous ne devons pas pour autant oublier que d’autres traites ont existé (arabo-musulmanes, traite africaine) et certaines existent encore (esclavage moderne).

Ce Mémorial dépasse l'histoire nantaise et portera un message fort de solidarité et de fraternité à l'intention des générations futures. « Il est du devoir d'une République d'écrire tous les chapitres de son histoire, rappelle Yannick Guin, vice-président de Nantes Métropole en charge de l'enseignement supérieur et de la recherche. Aucune ne doit être oubliée, même la plus sombre. Il fallait combler cette déficience sur l'esclavage. Tous les Français, quelle que soient leur origine, leur histoire, doivent avoir le sentiment de faire partie de la République et doivent savoir que l'on n’oublie pas les souffrances passées. Le mémorial sera une évocation historique et actuelle de l'abolition de l'esclavage. Et l'inscription dans la pierre et le temps de ce récit permettra le dépassement des souffrances. » 

Pour autant, la population française et notamment la population nantaise sera t’elle sensible à cet événement, vue le coût astronomique que ce projet a engendré : 6900000 d’euros.

 

Cependant, la rédaction salue un nouveau symbole du devoir de mémoire sur la traitre négrière et espère que toute cette controverse ne surfera pas sur la vague d’une polémique politicienne systémique ou sur une hiérarchisation de l’histoire.

 

POUR EN SAVOIR PLUS

 http://www.anneauxdelamemoire.org

http://lestraitesnegrieres.blogspot.fr


23/03/2012 - 10:10 par Leslie Carombo

Voir les commentaires (0) - Ajouter un commentaire

Aucun commentaire pour l'instant, soyez le premier à donner un avis

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire.


Articles liés

Dans la même catégorie


Polémique autour du devoir de mémoire.

NÜDiversity - 2017