Sondage

Pour vous les les hommes en général sont principalement :

Des êtres humains comme nous... avec leurs faiblesses

Des compagnons qui partagent notre vie et sur qui on peut compter

Des protecteurs en toute circonstance

Des imbéciles qui ne comprennent jamais rien

Des rigolos encore un peu enfants qu'il faut supporter

Des adversaires contre qui il faut toujours se battre

Des personnes qui méprisent les femmes et leur font mal

Horoscope

Accueil > Fenêtre sur > NÜMen > J’ai deux amours : ma femme et ma maîtresse. >

660

Entre deux amours...

NÜMen


NÜdiversity

J’ai deux amours : ma femme et ma maîtresse.

J’aime ma maîtresse, mais ne quitterai jamais ma femme... Ou les réflexions d’un homme, entre deux amours.


La femme idéale.

 Cette femme que tout homme recherche... La partenaire de vie, amie, amante, épouse, mère, une femme tout en un. On croit l’avoir trouvé et le destin nous a encore leurré !

Une autre femme, différente et complémentaire de celle avec qui l’on vit, apparaît. Et là, on ne peut résister ni à l’attraction physique, ni à l’intellect de cette nouvelle partenaire, souvent plus jeune.

Une autre vie…

On redécouvre avec elle la douceur, l’inédit, la folie, l'insouciance et une complicité perdue. On vit des moments déstabilisants, imprévisibles et si jouissifs parce que non routiniers, qu'on en oublie le reste: femme et enfants.

« Comment un petit bout de femme  peut remettre toute sa vie en danger ? »

Le quotidien: l'ennemi public numéro 1 du couple.

On a beau essayer de raviver la flamme dans son couple, elle reste éteinte. Puis, une rencontre fait vasciller son univers: une femme différente, pétillante et frétillante ravivent tous nos sens.

Au début, l’histoire est idyllique mais le quotidien, même épisodique, freine l’excitation et la folie du départ... L'homme est un éternel insatisfait !

Avoir envie de faire un choix.

Toujours cornélien de se séparer de son quotidien... peu d'hommes en trouvent le courage. Et encore plus compliqué de laisser cette dose d'interdit, ce petit "shoot" d'adrénaline que provoque l'infidélité. Cruel dilemne !

Mon épouse me convient : merveilleuse, aimante, organisée. Une bonne mère pour les enfants, mais aussi une femme de caractère, pour ne pas dire une emmerdeuse. Ma maîtresse, fine fleur aux yeux qui pétillent. Elle m’admire, me désire, me titille tous les sens. Elle sait me regarder comme le héros déchu que ma femme me ressasse sans arrêt...

On voit souvent dans la maîtresse, la femme douce et sensuelle qu'on ne voit plus en son épouse. On vit avec sa maîtresse une fusion sexuelle perdue. On a l'impression de revivre une nouvelle jeunesse...

Quel dilemne !

« Garder deux femmes sans faire souffrir l’une ou l’autre. Le rêve de tout homme est qu’elles acceptent de partager et surtout qu'elles le vive avec autant de plaisir que moi ? »

Je cajole, j’appelle, je jalouse puis doucement j’oublie, m’éloigne voire évite. Car je ne sais et surtout ne veux pas faire un choix.

« Comment faire accepter l’inacceptable à une femme amoureuse ? »

Je me sais indigne de leur amour, mais souhaite les préserver, car ces deux amours me conviennent puisque complémentaires. Du plaisir, de la volupté, de l’insouciance pour l’une et du sérieux, du concret et du quotidien « bien huilé », pour l’autre. On garde de l'épouse, l'image du  respect de ce que l’on a vécu, construit ensemble pendant des années…

Comment lâcher une femme qui vous a tant apporté ? Celle avec qui vous avez construit une vie ; et pour qui il y a encore des sentiments forts, voire encore un brin d’amour ou d’amour propre. Je ne sais pas vraiment…

L'aveu: le sacrilège masculin suprême.

« Se faire détester alors qu’on ne veut qu’aimer et partager, je ne m’en sens pas capable. »

Par lâcheté, vous me direz ? Non. Par équité, par protection (par égoïsme, peut-être). Et sans doute par gourmandise, oui.

Comme beaucoup d’hommes, je ne sais faire un choix: chacune d’elles m’apportent des sentiments et des sensations différentes.

Témoignage de Karl , 42 ans, cadre.

« Je l'ai aimée plus que tout. Je ne savais pas qu'on pouvait aimer à ce point...Je croyais que je n'étais pas programmé pour aimer de cette façon. Les déclarations, les insomnies, les ravages de la passion, c'était bon pour les autres, ça ! D'ailleurs le seul mot, passion, me faisait ricaner. C'était presque un gros mot dans ma bouche.

Je suis tombé amoureux comme on attrape une maladie. Sans le vouloir, sans y croire, contre mon gré et sans pourvoir m'en défendre... J'aimais le son de sa voix, son esprit, son rire, son regard, son ambition, sa discrétion, ses silences, sa douceur et... tout le reste. Je priais pour qu'elle ne puisse plus vivre sans moi et ne voulait pas la partager avec d’autres. Quel égoïste ! Je ne pensais pas aux conséquences de notre histoire. Je venais juste de découvrir que la vie était beaucoup plus gaie quand on était à deux. J’oubliais avec elle, totalement ma femme…

Je voulais l'impossible, sans le savoir. Et puis 4 ans après, elle s’est lassée, lassée d’attendre une décision ferme de ma part ; lassée de croire en une vie de couple qui ne me convenait pas mais pour laquelle je ne savais, ni ne pouvais prendre de décision. Elle m’a aimé, admiré, elle a usé de toute la patience de l’amour puis s’est éteinte, s’est détournée ; et est parti…La haine et le mépris en guise de souvenir. »

Voilà comment une belle histoire d’amour, si cela existe au « long court », se finit, bêtement.

Morale de l’histoire, vu par les femmes.

Malgré l’intensité d’un amour, l’homme a beaucoup de mal, voire ne réussit pas à avoir le courage de divorcer, de vivre pleinement son histoire d’amour, en laissant sa vie d’avant tomber.

 Avec ces messieurs, tout est compliqué !

« Pourquoi deux personnes qui ne se supportent plus depuis longtemps restent ensemble ? Les finances, les enfants, les erreurs du passé, une enfance douloureuse ou tout simplement, par lâcheté. »

LA VISION DES HOMMES

 L’homme est-il toujours lâche ?

Souvent, l’homme par manque de courage n'ose pas changer de vie : quitter son petit confort quotidien pour une nouvelle histoire d’amour, aussi intense soit-elle. Surtout qu’on ne sait pas si l’histoire tiendra sur la longueur, elle aussi !

La gourmandise et l'envie de folie et d’inédit priment sur l’amour chez les hommes. Les hommes ont du mal à différencier quantité et qualité.

Le don masculin par excellence : une capacité d’oubli hallucinante.

L’homme aime partager.

Partager des histoires, des moments plus ou moins éphémères, c'est un besoin très masculin. Vivre de séduction ou de partenaires différentes à plus ou moins long terme est une nécessité chez l'homme.

« Pourquoi consacrer toute une vie à une seule femme alors qu’il y a tant de femmes et d’histoires à partager ou à découvrir… »

L’excitation d’histoires multiples, est-elle estampillée « chromosome Y » ? Nous ne le serons sans doute jamais. Mais à force de jouer avec le feu, on se brûle !

Conclusion: L’être humain n’est pas fait pour la monogamie. Cela se conjugue au masculin mais aussi au féminin aujourd’hui . A chacun de l'admettre et de faire avec ou d'être malheureux...à vie.

17/04/2011 - 10:08 par La rédaction- ASMAN

Voir les commentaires (1) - Ajouter un commentaire

LIANOR

18/04/2011 - 12:07 - LIA24

Toujours partagé entre deux femmes, si ce n'est plus ! Arrêtez messieurs, de nous prendre pour des cruches. Soyez francs: vous aimez papilllonner et surtout ne prendre aucun risque. La lâcheté est génétiquement estampillée Y...


Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire.


Dans la même catégorie


J’ai deux amours : ma femme et ma maîtresse.

NÜDiversity - 2017