Sondage

Pour vous les les hommes en général sont principalement :

Des êtres humains comme nous... avec leurs faiblesses

Des compagnons qui partagent notre vie et sur qui on peut compter

Des protecteurs en toute circonstance

Des imbéciles qui ne comprennent jamais rien

Des rigolos encore un peu enfants qu'il faut supporter

Des adversaires contre qui il faut toujours se battre

Des personnes qui méprisent les femmes et leur font mal

Horoscope

Accueil > Fenêtre sur > Tabous > Mois de mai : mois de souvenir et de respect >

492

Esclavage : devoir de mémoire ?

Tabous


CPMHE

Mois de mai : mois de souvenir et de respect

En ces temps troublés où l’idéologie du racisme nous ramène en arrière. Commémoration, transmission et souvenir d’histoire à transmettre en espérant un meilleur avenir.


Le 10 mai est la journée officielle de commémoration de la traite de l’esclavage et  ses abolitions. Le 10 mai a été choisi en référence au 10 mai 2001, jour de l'adoption en dernière lecture par le Sénat de la loi reconnaissant la traite et l'esclavage comme crime contre l'humanité (loi n° 2001-434 du 21 mai 2001).

Cette loi a notamment instauré le Comité pour l'histoire et la mémoire de l'esclavage. Pour des raisons historiques, dans certaines collectivités d'outre-mer, la date de la commémoration est différente de celle de la métropole :

le 27 avril à Mayotte

le 22 mai en Martinique

le 27 mai en Guadeloupe

le 27 mai à Saint-Martin

le 10 juin en Guyane

le 9 octobre à Saint-Barthélémy

le 20 décembre à la Réunion.

Tout le mois des événements culturels, des débats et des expositions sont à découvrir.

Certains, comme un maire FN dont nous tairons volontairement le nom refusent de commémorer l’esclavage. Pourtant la ville dont il a été récemment été élu maire est une ville emblématique. Ses arguments : le manque de sincérité de certains élus « Ces commémorations entrent bien souvent dans une culpabilisation un peu à la mode ces dernières années. Ce qui permet à certains de faire de la récupération politique. Je doute que ces commémorations soient d'une sincérité totale » avait-il indiqué à l’Express.fr

« Je n'ai aucun problème avec Dumas, je n'ai aucun problème avec les gens qui célèbrent son engagement, mais à ce moment-là, qu'on célèbre Dumas! Il fait partie du patrimoine, et je partage tout à fait son engagement. Je suis prêt à m'associer à toutes les commémorations sur Dumas… Si demain la commémoration de l'abolition de l'esclavage est obligatoire, je me plierai à la loi. Mais à partir du moment où j'ai le choix...».

Et pourtant, une loi a été votée… Doit on le lui rappeler ?

Pour connaître quelques programmes de commémoration, le collectif pour la mémoire des esclaves vous propose différentes dates à découvrir ICI

En ces temps où l’esclavage continue sous d’autres formes, où les détracteurs refusent un pan non négligeable de l’histoire. Gardons la mémoire, transmettons l’histoire et Avançons.

 

http://www.cpmhe.fr

02/05/2014 - 20:07 par Lili ISCAYE

Voir les commentaires (0) - Ajouter un commentaire

Aucun commentaire pour l'instant, soyez le premier à donner un avis

Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire.


Articles liés

Dans la même catégorie


Mois de mai : mois de souvenir et de respect

NÜDiversity - 2017