Sondage

Pour vous les les hommes en général sont principalement :

Des êtres humains comme nous... avec leurs faiblesses

Des compagnons qui partagent notre vie et sur qui on peut compter

Des protecteurs en toute circonstance

Des imbéciles qui ne comprennent jamais rien

Des rigolos encore un peu enfants qu'il faut supporter

Des adversaires contre qui il faut toujours se battre

Des personnes qui méprisent les femmes et leur font mal

Horoscope

Accueil > Quelle femme > Toutes Rédac > Une nouvelle sur la relation castratrice d'une mère. >

747

"MA MÈRE M'A TUÉ..." (Préface)

Toutes Rédac


Une nouvelle sur la relation castratrice d'une mère.

Petite, elle me disait avoir de beaux cheveux mais avoir un "front de bouc", une bouche trop charnue et une couleur trop noire... Une mère mulâtre qui ne voyait en moi qu'une enfant ayant, "au moins la chance d'avoir de beaux et longs cheveux fins et noirs", comme une indienne au sang mêlé. Moi, sa fille...


Reniée, aimée peut-être un peu (à sa manière) et surtout détestée (à sa manière)... Cette belle femme, ma mère, a sans doute eu trop tôt une enfant d'un homme qu'elle n'aimait pas vraiment. Et surtout avoir gardé en elle, un enfant qu'elle ne souhaitait sans doute pas. Cet enfant, c'est moi, la petite "bata-indienne", comme aime dire les antillais. Bâtarde car mélangée, comme beaucoup d'antillais. Mais un enfant légitime, puisqu'à cette époque mes parents géniteurs étaient mariés.

Oui, je suis mi-indienne, mi-mulâtre, mi-négresse. Un patchwork de cultures, d'identités et de couleurs. Aujourd'hui, je continue à apprendre à être forte et fière de tous ces mélanges qu'on a pas su me faire apprécier, connaître et revendiquer en son temps. Une enfant triste, en quête d'amour maternel et de confiance en soi. Aujourd'hui, je sauve la femme adulte en protégeant l'enfant que je n'ai pas su être et l'adulte épanouie que j'apprends à devenir. Car à l'aube d'une nouvelle vie, j'ai besoin de construire autrement et de me reconstruire. Au delà d'une mère, devenir enfin une femme épanouie et heureuse qui sait transcender les stigmates d'une filiation castrée.

La femme antillaise est-elle une femme castratrice pour l'homme; mais l'est-elle aussi pour ses enfants? Castratrice volontaire ou involontaire par sa présence, pour ne pas dire son omniprésence. La femme "poto mitan" dans toute sa splendeur, revendiquée par la société créole fait-elle ressortir le meilleur pour son couple ou pour sa famille? Parmi toutes mes réflexions, une me paraît importante: Cette revendication est-elle imposée par une culture matriarcale ou volontairement appréciée par la société créole?

Peut-être que dans chacune de ces questions il y a une réponse à tiroir?

Et, "ma mère à moi", est sans aucun doute une femme castratrice; et a failli me rendre aussi castratrice qu'elle. Heureusement, j'ai su m'en rendre compte à temps et dépasser positivement ce défaut culturel et familial...

 

Si vous souhaitez connaître la suite de cette nouvelle étonnante, marquante, mais une histoire banale de femme, n'hésitez pas à voter cet article.

Vous découvrirez la vie d'une femme aux multiples facettes, aux cultures multiples et aux vies multiples. Une femme d'aujourd'hui...

 

02/03/2011 - 10:29 par Leslie Carombo

Voir les commentaires (2) - Ajouter un commentaire

Une femme de force

05/07/2011 - 23:18 - nabou

Je crois crois que femme est dotée d'une extraordinaire force mentale.Tout simplement une personne qui sait d'ou elle vient et vers ou elle se dirige.Toutes mes felicitations.


LIANOR

06/07/2011 - 23:06 - Lia24

Il est clair que la femme qui a vécu cela est courageuse et se reconstruit. Ne dit-on pas que la femme est comme un roseau, elle plie mais ne rompt pas.


Vous devez vous identifier pour laisser un commentaire.


Dans la même catégorie


Une nouvelle sur la relation castratrice d'une mère.

NÜDiversity - 2018